Tour du Finistère : entre terre et mer

on

evasion-gravel

Sachant que dans les épreuves d’ultra-endurance, l’expérience est indissociable de la réussite, je me suis lancé un défi : parcourir 400km en moins de 30h. Voici ce que je retiens de cette belle balade à vélo durant laquelle j’ai beaucoup appris sur la gestion de l’effort et sur soi-même :

  • Les conditions météo étaient parfaites en journée, mais j’ai vraiment souffert de l’humidité au cours de la nuit, n’arrivant pas à trouver les quelques heures de sommeil qui m’auraient permis de récupérer.
  • Le cap des 250km était vraiment difficile à franchir, c’est le moment où les douleurs musculaires apparaissent et le plaisir de rouler diminue.
  • Un repas au restaurant, une micro sieste ou une bonne programmation musicale sont la garantie d’un regain d’énergie qui permet de mieux gérer les inévitables moments de doute.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s